Le fondement de toute activité économique est la nature” – Vandana Shiva 

Cheffe de file de la lutte anti-OGM, altermondialiste, icône du mouvement éco-féministe, Vandana Shiva met la graine au centre de sa bataille pour un retour à l’essentiel et place les femmes et la terre au centre d’un changement nécessaire de paradigme. 

Point sur le parcours inspirant d’une femme, bien que souvent critiquée, qui se bat chaque jour pour défendre ses valeurs et qui a su ouvrir le chemin d’un monde plus écologique et plus féministe. 

Vandana Shiva est née en Inde, au pied de l’Hymalaya plus exactement. Sa mère, réfugiée Pakistanaise, et son père ancien officier anglais devenu garde forêstier ont une part très importante dans son parcours. Elle parle d’eux en ces termes “heureusement que j’ai des parents assez “. Mais la personne qui marqua pour sûre son enfance et qui éveilla en elle ce besoin instinctif de défendre la terre, c’est son grand-père, décédé lors d’une grève de la faim pour défendre le droit à l’éducation des femmes en indes (remarquable !). Avec de tels bagages et un cadre de vie villageois entouré de la beauté de l’hymalaya et des culture et bois environnant, on ne peut qu’immaginer ce qui lui donna envie de se battre pour défendre la nature. 

Très tôt, Vandana Shiva fît parler d’elle à travers le mouvement féministe Chipko dans sa région. Les femme de ce mouvement s’enchaînaient aux arbres pour lutter contre la déforestation et empêcher les machines de tuer les arbres. Ce mouvement fît beaucoup parler de lui dans les médias occidentaux. 

Vandana Shiva eu un véritable déclic le jour ou elle accompagna sa soeur médecin à une rencontre à Megève (Suisse). Shiva venait alors de finir ses études en sciences quantique et philosophie des sciences et écouta le débat mené par des scientifiques avec intérêt. Il prévoyaient de contrôler l’alimentation mondiale avec des semences et des OGMs qui rendraient dépendant tout les agriculteurs. « prendre le contrôle des semences grâce au brevetage et aux OGM, vendre aux paysans du monde entier ce que la Terre leur offre gratuitement – les graines – et se rapprocher pour former un oligopole constitué de cinq grands groupes capables d’influencer largement, voire de déterminer les décisions des gouvernements et des institutions internationales ».

Ce fût le début d’une lutte acharnée contre ce système néolibéral qui souhaitait détruire les Terre et le système alimentaire mondial pour le profit. 

Vandana Shiva

Suite à cette conférence, elle retourna dans son village en Inde et ouvrit la ferme ou association Navdanya.  La ferme de Navdanya est une véritable « banque de semence » qui permit à plus de 10 000 fermiers d’Inde, du Pakistan, du Tibet, du Népal et du Bangladesh de pratiquer une agriculture saine et organique. Le principe est simple. L’agriculteur, aussi appelé « gardien de graines », reçoit une graine de l’association et se doit d’en reproduire d’autres. Il doit alors à son tour renvoyer les nouvelles semences à la ferme Navdanya, ou les offrir à d’autres agriculteurs, qui s’engagent à répéter le mouvement.

La désobéissance des graines mise en place par Vandana Shiva, appelant les paysans du monde entier à se mobiliser et à désobéir aux mesures mises en places par l’industrie agroalimentaire néolibérale.

en 2010, l’activiste indienne a été citée comme étant l’une des féministes les plus puissantes au monde par un article du magazine Forbes.

Aujourd’hui elle parcours le monde pour éveiller les conscience et a écrit plusieurs livre, que je vous conseille fortement 😉 

À Lire : 

Le culte Staying alive et le nouveau 1 % – Reprendre le pouvoir face à la toute-puissance des riches  

Sources :

Catégories : Blog

1 commentaire

Olympe de Gouges : La Pensée Libre - Epona · 3 mai 2020 à 13 h 15 min

[…] P.S : découvre le parcours inspirant et engagé de Vandana Shiva ICI […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *