« Donner, c’est vivre; si vous cessez de donner, vous cessez de vivre ». – Audrey Hepburn

On la connaît tous pour sa grande carrière d’actrice, Audrey Hepburn est de cette espèce d’actrice qui ont su surpasser ce rôle pour s’inscrire en véritable icône qui marqueront l’histoire. Au même titre que Picasso, Maryline Monroe ou Betty Boop, je vois le visage d’Audrey placardé partout. Son visage me semble avoir toujours été famillié, pas vous ? Mais que se cache-t-il derrière cette image d’icône glamour ?

Née dans une famille d’aristocrates le 4 mai 1929 en Belgique , Audrey de son vrai nom Edda Kathleen Ruston est la fille de la baronne Ella Van Heemstra et d’un riche banquier anglo-irlandais. son père partit quand elle n’avait que 6 ans. Son fils Sean dira plus tard que ce départ aura laissé une blessure qui ne cicatrisera jamais en elle. 

Elle voyage beaucoup durant son enfance et se passionne très tôt pour l’art et la danse. Sa mère qui ne lui donna jamais d’attention mais qui était une parfaite “éducatrice” (selon ses propres termes) l’inscris très jeune au conservatoire. En 1941, pendant la Guerre, elle organise déjà des spectacles “au noirs” ou cachés pour ne pas attirer l’oeil des Allemands. L’argent qu’elle obtient avec ses spectacles de danse est donné à la Résistance Hollandaise. Les temps devenant de plus en plus durs, elle stop ses spectacles pour donner de l’aide à l’UNRRA (ancien UNICEF) en distribuant des colis alimentaires. Très généreuse de sa personne dès son plus jeune âge, elle s’expliquera par la suite en ces termes : « J’ai été élevée avec ce principe moral: autrui compte plus que soi-même ».

Elle même avait reçu cette aide ce qui lui permis de reprendre des forces. Elle s’engagera tout au long de sa vie aux côtés de l’UNICEF en remerciement. 

Elle fût contrainte d’abandonner la danse car jugée “trop grande”. Coût du hasard ou destin, elle croise Colette à la sortie d’un hôtel à Monaco. Colette la repère et lui propose immédiatement d’interpréter le rôle de Gigi dans sa pièce. Audrey Hepburn refuse tout d’abord l’offre car elle se juge “danseuse” et non “comédienne”. Mais elle finit par céder et goûte aux joie de la scène dans cette pièce à Broadway. 

Ce succès sur les planches la fît remarquer. 2 ans plus tard, en 1953, elle incarnera son premier rôle au cinéma dans “Vacances Romaines” pour lequel elle reçut l’oscar de la meilleure actrice. De là, sa carrière ne fît qu’accelerer grâce à son charme et son talent. 

S’ensuit le film “Sabrina” ou elle fît la rencontre de Hubert de Givenchy qui restera son ami fidèle tout au long de sa vie. 

À côté de ses multiples succès et de sa carrière réussie, Audrey fait face à des problèmes personnelles qui la mèneront jusqu’à la dépression. Elle vécut deux mariages malheureux d’affilés mais qui lui donnèrent le bonheur de concevoir deux enfants. Elle retrouva son père en 1959, qui ne lui montra jamais d’intérêt ou d’affection mais à qui elle versera une rente jusqu’à la fin de sa vie. Son coeur rempli de bonté et ses valeurs du don de soi furent malheureusement très peu récompenser dans sa vie privé. 

Audrey Hepburn humanitaire
Audrey Hepburn dans l’humanitaire

FEMME ENGAGÉE 

Elle participe à un festival de musique à Macao organisé pour le fond des Nations Unies pour l’Enfance. Touchée par la cause, elle refuse de simplement prêter son nom et s’investit corps et âme dans cette cause, parcourant le monde pour aider les enfants en souffrance. 

Elle sera engagée dans cette cause jusqu’à sa mort en 1993. Une statut sera érigée au siège de L’UNICEF nommée “L’esprit d’Audrey” pour rendre hommage a cette femme au grand coeur et en mémoire de sa deuxième carrière d’Ange Gardien pour les enfants.

Julia Mille pour EPONA

P.S : Connaissez-vous la pionnière du féminisme Olympe de Gouges ? Cliquez ici pour lire l’article.

Catégories : Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *