fbpx

Angela Davis est une grande figure du mouvement Noir Américain au même titre que Martin Luther King et Malcom X. Angela Davis, acquitté de sa condamnation le 4 Juin 1972, est sauvée grâce à une forte mobilisation internationale. Mais que s’est-il réellement passé ? Militante des luttes sociales et politiques, je vous laisse découvrir les racines de son parcours atypique.

Angela Davis, militante révolutionnaire

Née le 26 Janvier 1944 dans l’Etat de l’Alabama, Angela Davis mène de multiples combats pour l’égalité entre les noirs et les blancs. A l’âge de ses 18 ans, elle adhère au Parti Communiste et devient membre des Black Panthers en 1967.

Ensuite, née de parents communistes activistes, Angela Davis participe à l’âge de 12 ans, au boycott d’une compagnie de bus pratiquant la ségrégation. Pour rappel, la ségrégation est l’action de mettre à part quelqu’un, ou un groupe de personne. Après son baccalauréat, Angela Davis intègre au fil des années différentes universités. En premier lieu, l’Université de Brandeis dans le Massachusetts. Puis, elle étudie à la Sorbonne en France. Ensuite, elle déménage en Allemagne pour étudier à l’Université Goethe de Francfort, où elle suit les cours de Théodore Adorno. Avec des expériences aussi solides et enrichissantes, Angela rentre finalement aux Etats-Unis pour mener son combat contre le racisme.

Les luttes d'Angela Davis
Angela Davis

Angela Davis, une vie de combat

Avec un doctorat en poche, Angela Davis enseigne à l’Université de San Diego. Eprouvée par les exécutions et les violences envers les noirs, elle milite auprès du parti communiste et des Black Panthers. Malheureusement, revendiquer ses droits civiques et être aux commandes de plusieurs luttes, c’était risquer sa vie. En effet, un de ses étudiants accuse Angela de communiste. Par la suite, la direction de l’Université l’a congédie sous l’influence de Ronald Reagan. Désormais, le gouvernement surveille de près Angela.

En conséquences, Angela Davis voit à tout jamais son destin bouleversé. Le 7 août 1970,  on l’accuse de participer à une prise d’otage violente des frères Soledad (George Jackson, John Clutchette et Fleeta Drumgo) accusés de meurtre dans un tribunal en Californie. Tout d’abord, on accuse en 1960, George Jackson (un des frères Soledad), d’avoir volé 70$ dans une station service. Seulement, il dénonce le racisme qu’il subit lors de son incarcération. En 1970, on l’envoie donc à Soledad (ville eaux États-Unis) où une bagarre éclate rapidement entre noirs et blancs. (Angela Davis se persuade d’un coup monté).

Pendant ce temps, Opie G. Miller, le gardien tireur d’élite, ouvre le feu à la mitrailleuse et tue trois noirs : Alvin Miller, Cleveland Edwards et W.L. Nolen. Seulement, l’affaire ne va pas plus loin puisque le Grand Jury de la cour de Monterey « blanchit » Opie G. Miller en affirmant qu’il s’agit d’« homicides justifiés ». Une trentaine de minutes après l’annonce du verdict, le gardien Opie G.Miller est jeté d’un des étages supérieurs. Cette action mènera à ce que l’on appelle désormais les Frères de Soledad.

Angela Davis, acquitté de sa condamnation à mort le 4 Juin 1972 

George Jackson purge donc une peine à vie pour meurtre. Le 7 août 1970, Jonathan Jackson, frère de George,  se rend au tribunal de San Raphael où se déroule un procès. Jonathan parvient à remettre des armes à feu au prisonnier ainsi qu’à deux autres détenus. Ils prennent par la suite en otage le juge Haley, le procureur Gary Thomas, ainsi que trois femmes parmi les jurés, Maria Elena Graham, Doris Whitmer et Joyce Rodoni. Dès la sortie pour fuir, Jonathan déclare : « Nous sommes révolutionnaires. Libérez aujourd’hui les Frères de Soledad, avant 12h30. »

Cependant, lorsque la voiture s’apprête à démarrer, une fusillade éclate avec la police où seront tués Jonathan Jackson, James McClain, William A. Christmas et le juge Haley. Quant à Angela Davis, celle-ci sera accusée par le FBI d’avoir procuré les armes qui ont permis la prise d’otage. Angela sera donc la troisième femme de l’Histoire à être une des personnes les plus recherchées par le FBI, avec la fameuse « Most Wanted List ».

GIF - 26.2 ko
Affiche de l’avis de recherche du FBI

Angela, une icône soutenue mondialement

Arrêtée et accusée de meurtre le 13 octobre 1970, c’est la peine de mort pour Angela ! Néanmoins, elle  bénéficie d’un large soutien de la part du public, et d’une forte mobilisation internationale. En effet, de grands artistes comme J.Lenon, Yoko Ono ou encore les Rolling Stones, composent spécialement pour elle et témoignent de leur soutien envers Angela Davis. À Paris, 100.000 personnes demandent sa libération avec en tête de la foule, Aragon et Sartre. Grâce à l’effet de masse, et d’un procès hyper médiatisé, la rebelle des Black Panthers est libérée ! Angela Davis, acquitté de sa condamnation à mort le 4 Juin 1972 multiplie les combats et continue aujourd’hui de lutter contre le racisme, l’inégalité des femmes et l’oppression.

Pour en savoir plus : https://www.lefigaro.fr/histoire/2017/06/02/26001-20170602ARTFIG00270-cinq-choses-a-savoir-sur-la-pasionaria-angela-davis.php

Aussi, si tu souhaites découvrir d’autres icônes : https://epona-project.com/2020/12/21/clara-zetkin-femme-engagee-au-carrefour-de-plusieurs-luttes-sociales/

Catégories : Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *