fbpx

Frida Kahlo femme libre et indépendante est une artiste peintre polaire Mexicaine qui a marqué l’Histoire de l’Art, grâce à ses œuvres tragiques, et ses autoportraits empoignants. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous faire voyager en découvrant son histoire.

Biographie – Frida Kahlo, artiste et femme libre

En 1907, Madgalena Frida Carmen Kahlo y Calderón, voit le jour à Coyoacan, au Mexique. Elle est la troisième de quatre filles de Mathilde et Guillermo Kahlo. Sa mère était Indienne et son père Viennois. Issue d’une famille catholique du côté de sa mère, son père lui, était un homme libéral. Photographe à plein temps, il initie Frida à l’art,  la peinture, la musique et la littérature. Cependant, un événement tragique frappe Frida lorsqu’elle était enfant. Cette dernière contracte la poliomyélite : C’est une maladie très contagieuse provoquée par un virus qui envahit le système nerveux et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures. Son père l’aide à surmonter la maladie en l’encourageant à vivre « normalement » malgré tout afin de ne pas subir les moqueries de ses camarades. Les enfants l’appelaient toutefois « jambe de bois ».

Frida Kahlo femme libre – Un désir de liberté et d’indépendance

A l’âge de 16 ans, Frida sait déjà ce qu’elle veut. Tout d’abord, elle refuse de se soumettre au système misogyne de son pays. Elle rêve plutôt de voyage, de liberté et d’indépendance. Les trois maîtres mots de ses perspectives d’avenir. Parmi ses sœurs, Frida est la seule à étudier. De plus, c’est excellente élève au lycée du centre où elle se lie avec Alessandro Gomes Arias, 17 ans, avec qui elle eut une relation passionnelle.

Lettre à Allessandro, 1er janvier 1925

« Tu ne voudrais pas que l’on mette au point notre voyage aux États-Unis ? On pourrait partir en décembre prochain, qu’en penses-tu ? Parce que vois-tu Alex, on ne va pas passer notre temps comme des idiots à Mexico. Pour moi, rien n’est plus beau que voyager. Il m’est insupportable de penser que je manque de force et de volonté pour faire ce que je dis. Tu pourras objecter que la force de la volonté ne suffit pas et qu’on a surtout besoin de la force du fric mais en travaillant toute une année, on en rassemblera suffisamment. A minuit, j’ai pensé à toi mon Alex. Toi non ? Ta petite femme ne sera plus cette canaille à trois francs six sous que tu as connue jusque-là mais la chose la plus douce et la meilleure qui n’ait jamais existé pour que tu la dévores de baisers.  Ta petite qui t’adore. Fridouchita »

Frida Khalo a 18 ans et vit chez ses parents. En Aout 1925, elle prend le bus pour rejoindre Alessandro. Malheureusement, le car fait un accident et une barre de métal transperce le corps de Frida à ce moment même. Ce terrible accident lui aura brisé la colonne vertébrale, la clavicule et ses côtes. Frida reste donc alitée. Refusant l’union entre Alessandro et Frida dû à cet accident, les parents du jeune homme décident de l’envoyer en Allemagne. Une triste nouvelle pour Frida !

La peinture, une arme de pouvoir pour Frida Kahlo, artiste et femme libre

Pour lui donner son confort, son père adapte un chevalet à son lit, et sa mère un miroir. C’est à partir de ce moment là que Frida commence à faire ses premiers autoportraits. Dotée d’une force de caractère incroyable, Frida surmonte ses souffrances, et revit grâce à la peinture. Sa seule et unique thérapie. En 1928, Frida décide de faire entendre sa voix. En effet, elle s’engage dans la politique et entre dans le parti communiste Mexicain. Son objectif ? Bouleverser les codes et réduire les inégalités : « Je veux faire partie de la révolution pour transformer le monde en un monde sans classes, où les classes oppressées vivent dans de meilleures conditions. ».

Ensuite, Frida se lance dans une lutte pour les droits des femmes, et le machisme omniprésent au Mexique. La vision de la femme perçue comme une simple ménagère dérange Frida Kahlo ! C’est donc une occasion pour l’artiste peintre de lutter contre ces stéréotypes dévalorisants.

blog mmediene écritures
Frida Kahlo à son chevet
La colonne brisée (1944)
La colonne brisée (1944)

Diego Rivera: un amour partagé entre souffrance et passion

Plus tard, elle rencontre Diego Rivera, un peintre communiste connu pour ses fresques. Impressionnée par son talent, Frida entame une relation avec Diego Rivera. Ils partagent la même passion pour l’art et le communisme. Ils décident alors de se marier en 1929. Une relation qui n’enchante pas la maman de Frida qu’elle qualifie « d’une union entre une colombe et un éléphant ». Avec le temps, Frida, finit par se lasser des infidélités de son mari et décide d’en faire de même. Bisexuelle, Frida rencontre Léon Trotski, ou encore Joséphine Baker. Sa relation avec Diego finit donc par s’éteindre en 1939, mais ne pouvant se quitter, les amants se réunissent à nouveau un an après.

Frida Kahlo et Diego Rivera
Frida Kahlo et Diego Rivera

Une icône féministe malgré une santé critique

En 1953, après de multiples opérations de la colonne vertébrale, Frida subit l’amputation de sa jambe droite due à la gangrène. Cette opération met fin à ses souffrances physiques, mais ses maux sont présents plus que jamais. Perdre sa jambe la rend dépressive: « On m’a amputé la jambe (…) j’en ai presque perdu la tête. J’ai toujours envie de me suicider. Seul Diego m’en empêche car j’imagine que je pourrai lui manquer (…) Jamais de toute ma vie je n’ai souffert davantage. J’attendrai encore un peu… » Confie t-elle.

Paralysée dans un fauteuil roulant n’empêchera pas Frida de continuer de militer pour les droits des femmes. Elle continue de véhiculer des messages d’égalité, et peint des sujets tabous : sexe, désir, infertilité (dont elle était victime) dans ses œuvres. Ses peintures illustraient pour elle la vie difficile d’une femme forte, courageuse et ambitieuse. Très fidèle à elle-même, Frida ne se restreignait guère quant à la création de ses peintures. Elle ira jusqu’à représenter des organes génitaux. Œuvre beaucoup critiquée et perçue comme « vulgaire » et « indécente ». André Breton, poète et écrivain français disait : « Son art est un ruban autour d’une bombe ».

hôpital Henry Ford 1932
hôpital Henry Ford 1932

D’où vient son mythique mono sourcil?

En parallèle, petite anecdote. Savez-vous pourquoi Frida tenait tant à son mythique mono sourcil et sa moustache? C’est tout simplement parce qu’elle refusait catégoriquement de rentrer dans les diktats de la beauté féminine. Aucune pression sociale. Bien au contraire. Frida aborde avec fierté et aisance la masculinité, en réclamant haut et fort être malgré tout élégante et féminine. Malheureusement, Frida Kahlo artiste et femme libre, s’éteint en 1954, dans la Casa Azul (Maison bleue – lieu incontournable au Mexique) dans le centre de Coyoacan. Ses cendres reposent sur son lit, rassemblées dans une urne qui a la forme de son visage.

Frida Kahlo et son mythique mono sourcil
Frida Kahlo et son mythique mono sourcil

J’espère que cet article t’a plu ! D’ailleurs, si tu souhaites prendre connaissance d’une autre icône : https://epona-project.com/2021/02/08/gabrielle-chanel-couturiere-visionnaire-du-20e-siecle/ – Pour en savoir plus : http://tiersinclus.fr/frida-kahlo-si-libre-si-attachee-si-joyeuse-si-souffrante/

Catégories : Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *